• Jeu. 28 Octobre
  • Ciel Dégagé
  • Min : 6.39°
  • Max : 10.73°
Ville de Séméac
    Vous êtes ici :
  • Accueil
  • /
  • La forêt séméacaise

La forêt séméacaise

L’histoire et le travail de l’Homme au fil du temps confèrent à la forêt séméacaise un rôle essentiel tant dans l’équilibre des écosystèmes que dans la proposition aux habitants d’un cadre de vie apaisant et oxygénant.

La forêt séméacaise

L’histoire et le travail de l’Homme au fil du temps confèrent à la forêt séméacaise un rôle essentiel tant dans l’équilibre des écosystèmes que dans la proposition aux habitants d’un cadre de vie apaisant et oxygénant.

La forêt séméacaise  - Séméac - hautes-Pyrénées
La forêt séméacaise  - Séméac - hautes-Pyrénées
La forêt séméacaise  - Séméac - hautes-Pyrénées

La forêt communale de Séméac s’étend sur 88,79 hectares soit près de 21% du territoire situé majoritairement sur le versant coteau entre 300 et 470 mètres d’altitude.

Elle forme un petit massif forestier feuillu dont l’essence dominante est le chêne, qu’il soit chêne pédonculé ou chêne sessile. Ce « roi de la forêt » y côtoie le robinier, le châtaignier, le frêne commun, le merisier, l’érable, le chêne rouge (espèce invasive) ou encore le pin laricio pour les plus représentatifs. Cet ensemble, reconnu pour sa qualité, confère à Séméac un paysage visible en tous points de la commune et depuis l’autoroute A64 ou la voie ferrée qui la longent .

Lieu de détente de prédilection des habitants, elle accueille les marcheurs, les coureurs, les vététistes mais aussi des familles et amis pour des pique-niques champêtres.

La forêt séméacaise  - Séméac - hautes-Pyrénées
La forêt séméacaise  - Séméac - hautes-Pyrénées

Située au sein de la Zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF) des bois de REBISCOU et SOUYEAUX, la forêt séméacaise présente une richesse environnementale foisonnante qui a été une soulignée par les études réalisées dans le cadre de l’Atlas de la Biodiversité Communale (2019-2020).

L’aigle botté y niche, la grenouille rousse y côtoie le grand capricorne, le pic épeiche habite les troncs alors que le blaireau d’Europe y fait son terrier… Le cèpe de Bordeaux, la russule verdoyante, le bolet à pied rouge… ne sont que des exemples de la fonge luxuriante qui fait le bonheur de l’association mycologique de Bigorre qui a recensé plus de 300 espèces en son sein.

La nécessaire préservation de cette biodiversité et des paysages passe par une gestion raisonnée de l’écosystème qui tiendra compte de la fonction de production de la forêt, de la nécessaire régénération des peuplements, de la nécessaire protection des sols et des milieux et de la sécurisation des espaces d’accueil public.

La gestion de la forêt communale est confiée à l’Office National des Forêts qui en assure l’entretien et l’exploitation suivant un plan de gestion validé par délibération du Conseil municipal.

L’aménagement de la forêt séméacaise pour les vingt prochaines années, entériné par délibération le 1er mars 2021, traduit la volonté communale de préserver la biodiversité et l’accueil sécurisé du public.

Le plan de gestion 2020 – 2039
met plus particulièrement en lumière

L’effort particulier à mener en termes de régénération des peuplements forestiers: la forêt de Séméac présente sur certaines parcelles, des arbres âgés et vieillissants. Pour des raisons de sécurité publique et afin de permettre aux jeunes plants de s’épanouir, il est nécessaire d’entretenir la forêt en procédant à des coupes d’arbres. Grâce à la lumière qui atteindra les jeunes pousses de chêne, ces essences pourront à leur tour devenir centenaires.

La forêt séméacaise  - Séméac - hautes-Pyrénées

Ces coupes sont travaillées sur de petites surfaces : en futaie par parquets (régénération par surface de 0,50 ha) sur l’ensemble des parcelles avec une exception pour le bois de Labarthe et la parcelle 2 qui seront travaillés en futaie par bouquets (régénération par surface de 0,20 ha).

La création d’une trame de vieux bois particulièrement favorable à la biodiversité, par la création d’ilots de sénescence (espaces en évolution libre sans intervention humaine ,conservés jusqu’à leur terme physique c’est à dire jusqu’à l’effondrement des arbres), et d’ilots de vieillissement (petits peuplements ayant dépassé les critères optimaux d’exploitabilité économique et bénéficiant d’un cycle sylvicole prolongé). Ces derniers peuvent faire l’objet d’interventions sylvicoles pour des raisons de sécurité des personnes (arbres tombés par exemple). Les arbres sont récoltés à leur maturité. Leur maintien est examiné à chaque révision d’aménagement.

  • Trois ilots de sénescence ont été créés en secteurs 2, 6 et 7 sur près de 3 hectares.
  • Trois ilots de vieillissement créés en secteurs 6, 9 et 12 sur près de 4,50 hectares.
  • Cartographie des ilots de sénescence de de vieillissement (Lien ou téléchargement de l’annexe 8)